Fleur Nabert : « je me moque du balancier stérile de la polémique »

Fleur Nabert © La Mante Religieuse

L’avis de Fleur Nabert, sculpteur, qui a assisté à la dernière avant-première de la Mante Religieuse, le 3 juin.

Je sors tout juste de la dernière avant-première parisienne du film La mante religieuse qui sort en salles demain, 4 juin 2014. C’est un film qui à l’évidence ne fera pas l’unanimité : d’aucuns lui reprocheront de parler de Dieu, d’autres encore d’évoquer la tentation d’un prêtre. Il sera à cheval entre deux mondes, ne parvenant à satisfaire en totalité ni la communauté des croyants ni celle des non-croyants. Et la réalisatrice paiera à coup sûr le prix de son engagement à dire son espérance réelle, entière, qu’elle porte de salles en salles sur son visage comme un sourire d’enfant.

Pour ce qui me concerne, je me moque du pour comme du contre. Et du balancier stérile de la polémique : on trouvera le film insupportablement sulfureux ou tristement réaliste. On le jugera complaisant, ou parfaitement chrétien. Ce qui me pousse à écrire c’est le talent de Natalie Saracco à nous montrer un cœur qui était en hiver et qui fond, comme la neige, sous le soleil de Dieu. Et pour cela il faudra en passer par un chemin tortueux de vie, de séduction venimeuse, de drogue et de sexe désespéré. En passer aussi par l’exemple d’un prêtre au cœur aimant qui met ses pas dans ceux du Christ, auprès des pauvres et des prostituées, avec le sourire ou la sainte colère que l’on imagine si bien être ceux du Nazaréen dont le monde n’a jamais réussi à oublier le nom. Un prêtre qui tremble aussi, dans sa chair, face à la plus torride des séductrices. Qui trébuche mais qui a le courage de se relever pour un petit morceau de métal autour de son cou, qui est le sens et le cœur de sa vie.

En passer enfin par une Geneviève Casile, superbe mère supérieure carmélite, qui lit dans les âmes. Et qui ouvre la voie par ces mots : « la miséricorde, tout est là. » Alors la Présence peut se frayer un chemin, comme l’eau entre les pierres. Dieu entre. Et là où il établit sa demeure tout est lavé et pardonné.

C’est pour ce sourire d’une jeune femme prodigue, autrefois perdue, et qui rouvre les yeux dans l’ombre de sa cellule dépouillée pour dire à Dieu qu’elle l’aime, c’est pour ce sourire que le Christ est allé sur la croix. Pour pêcher une âme… et des millions d’autres. Et c’est ce sourire qui me reste du film, bien au-delà de tous les oripeaux du désespoir.

La Jezabel de Natalie Saracco rejoint la cohorte silencieuse des Charles de Foucauld mis à genoux sous les voûtes de saint Augustin, Etty Hillesum dans sa salle de bain, Ignace de Loyola sur son lit de blessé et des milliers d’anonymes dont je fais partie qui ont laissé venir Dieu après lui avoir tourné le dos et qui ne peuvent se guérir de cette brûlure d’amour.

On peut tout dire de ce film. Mais – et je le sais dans ma chair – il touche à la vérité de la conversion humaine face à la miséricorde divine, cet alliage fragile et si difficile à décrire.